Il y a tout juste 100 ans : c’est la mobilisation générale des hommes pour la Première Guerre Mondiale.

Aujourd’hui, c’est mon anniversaire.
Mais loin de vous montrer des photos de Wedding Cakes multicolores et autres gourmandises qui auraient pu être confectionnées pour l’occasion, je vais vous parler de la Première Guerre Mondiale.

Source : gallica

Parce qu’il y a tout juste 100 ans étaient mobilisés les hommes français soumis au service militaire pour partir vaincre l’ennemi allemand. Une guerre qui durera quatre ans, une guerre de position terrible dans laquelle on compte 9 500 000 morts sur le total des pays engagés en 1918.
Bien au-delà de cela, ce sont aussi quatre années qui laisseront des séquelles physiques irréparables et des troubles psychologiques chez les Poilus, ignorés pendant très longtemps.

Cette date historique est donc l’occasion pour moi de vous parler de ma petite escapade au Musée Dauphinois avec Leila, sur les flans de la Bastille à Grenoble.

L’exposition « A l’arrière comme au front, les isérois dans la grande guerre » est présentée au Musée Dauphinois depuis avril 2014.
Elle retrace de manière chronologique les phases de la première guerre mondiale mais nous montre aussi comment les entreprises iséroises et ses habitants aidèrent à l’effort de guerre.

DSC_0011

Exposition « A l’arrière comme au front » – Musée dauphinois

Le musée dauphinois, c’est où ?
Perché sur les flancs de la Bastille, le musée dauphinois est établit dans ce qui reste du couvent de Ste Marie d’en Haut. Il y a de nombreuses expositions, mais le panorama, le jardin et le lieu en lui même est aussi à découvrir. Le musée est pensé par Hippolyte Müller dès 1906 et il est maintenant sous l’autorité du conseil général isérois.
La bonne nouvelle, c’est que l’entrée est gratuite et qu’en prime on peut aller faire un tour dans la Chapelle du sous sol, qui retrace l’histoire des lieux.

Le musée Dauphinois, à flanc de coline – Source : http://www.musee-dauphinois.fr

Mais alors on peut voir quoi comme expositions en ce moment ?
Il y a actuellement deux expositions de longue durée… :

  • Les gens de l’Alpes, qui expose la vie d’autrefois dans les montagnes alpines, avec une multitude d’objets et des reconstitutions de scènes d’antan.
  • La grande histoire du Ski, une exposition moins riche mais de qualité sur les fondements historiques et géographiques du ski, alpin, militaire ou de fond. L’atmosphère y est, puisque vous vous retrouverez dans une salle entièrement blanche.
DSC_0027

Leila #skialpin au musée dauphinois

… et trois expositions temporaires :

  • Les dessous de l’Isère. Dans une première partie, vous pourrez admirer des dessous de toutes sortes et des planches d’époque. De quoi nous plonger dans un autre temps. Dans un deuxième temps, on se plonge beaucoup plus dans l’histoire de Valisère, la fabrique de dessous, qui n’existe plus à l’heure actuelle. Là encore on est transporté dans l’histoire passée, grâce à des témoignage audios ou audio-visuels.
  • Voir midi à sa porte : qui expose divers cadrans solaires. C’est vraiment ce qu’on a trouvé de plus scientifiques, puisque cette exposition dissèque les fondements scientifiques de la lecture de l’heure. Il y a aussi de très nombreux et beaux modèles exposés en début de parcours.
  • et enfin : A l’arrière comme au front, les isérois dans la grande guerre.A propos de l’Exposition « A l’arrière comme au front » :

    avec Leila (cultureuse en chef), on vous conseille vivement d’y aller. Malgré une atmosphère sombre au départ, qui nous plonge dans la guerre, tous les aspects sont traités. Des mouvements anti-guerres du départ au focus sur la guerre de 1870 et la perte de l’Alsace qui engendre un désir de vengeance de la part de l’Etat français en passant par l’effort de guerre fourni pour les entreprises iséroises. J’ai été personnellement touché par les témoignages que l’on écoute en décrochant des téléphones mais aussi par le fait qu’une partie de l’exposition parle des dégâts psychologiques de cette guerre. Thématique qui est rarement abordée et troubles qui ont été très longtemps amoindris par les autorités.

    Bref, c’est gratuit, et vu le temps pourri qu’il fait en ce moment, si vous avez une après-midi de libre d’ici la fin de l’exposition, courez-y ne serait-ce que pour le panorama. Ou les affiches d’époque de propagande exposées, glaçantes.

Le chien sanitaire - Exposition à l'arrière comme au front - Musée dauphinois

Le chien sanitaire – Exposition à l’arrière comme au front – Musée dauphinois

Publicités
Cet article a été publié dans Histoire. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s